jeudi 7 août 2008

Les regards de Vermeer




Avec Vermeer, on écarte un rideau, on pousse doucement une porte… et on devient un voyeur. On entre discrètement dans l’intimité quotidienne de jeunes femmes, parfois occupées à une tâche, souvent dans l’attente ou l’ennui, mais toujours sereines et nostalgiques.

Cependant, on reste à distance de ces figures, souvent disposées derrière un meuble ou au fond d’une pièce. On ne saura jamais les détails de leur histoire et on finira par se retirer pudiquement, sur la pointe des pieds, pour ne pas troubler leur solitude.

Au regard voyeur du spectateur, répond le regard concentré des personnages. Le regard précis du peintre ou de la dentellière, le regard gourmand face à un officier, le regard inquiet à la servante avant de lire une lettre, le regard absorbé des liseuses, … Vermeer arrête le temps sur ces regards, pour donner un poids aux gestes les plus calmes et banals.

Et pour couronner le tout, Vermeer multiplie les allusions classiques au sens de la vue, en représentant des miroirs (pour se voir), des fenêtres (pour voir le monde à travers), des tableaux et des cartes (images du monde visible).

Cliquez sur les images pour les agrandir

Des regards tendus


Johannes VERMEER – La lettre d'amour (1667-1668)
Huile sur toile – 44 x 38,5 cm – Rijksmuseum – Amsterdam

Cette jeune bourgeoise trompe son ennui en jouant du luth, quand sa servante l’interrompt pour lui remettre une lettre. Observez l’échange des regards : celui, rassurant, de la servante et celui, inquiet, de la jeune amoureuse.


Johannes VERMEER – Femme lisant une lettre devant une fenêtre ouverte (1657)
Huile sur toile – 83 x 64,5 cm – Gemaldegalerie – Dresde

Le rideau est une frontière vers l’intimité d’une pièce exigüe, évoquant l’isolement intérieur de cette jeune femme, tandis que la fenêtre est une ouverture sur le monde. Le reflet du visage sans la vitre, les fruits (symboles du péché originel) et le rideau rouge flamboyant, évoquent les pensées passionnées de la liseuse (lire un article plus complet ici).


Johannes VERMEER – La femme en bleu lisant une lettre (1663-1664)
Huile sur toile – 46,6 x 39,1 cm – Rijksmuseum – Amsterdam

Elle est bien enceinte et malgré la présence de chaises, elle préfère rester debout pour lire sa lettre. Qui lui écrit ? La carte au mur suggère un amoureux (le futur papa ?) parti en mer pour un trop long voyage. C’est un tableau très émouvant, plein d’émotion contenue.


Des regards radieux


Johannes VERMEER – La dame au collier de perles (1662/64)
Huile sur toile – 55 x 45 cm – StaatlicheMuseen – Berlin

Loin des représentations classiques de la vanité, c’est une image de pureté et d’innocence… un peu comme les jeunes filles qui essaient une robe de mariée.


Johannes VERMEER – L'officier et la jeune fille riant (v.1657)
Huile sur toile - 50,5 x 46 cm – Frick collection – New York

L’officier en habit rouge (couleur du pouvoir et de la passion) nous tient à l’écart de la jeune femme, plus efficacement qu’un rideau ! La sévérité de sa pose est atténuée par le visage rayonnant de la jeune femme.


Des regards concentrés


Johannes VERMEER - L'art de la peinture (1665/67)
Huile sur toile – 120 x
100 cm – Kunsthistorisches Museum – Vienne

La couronne de lauriers et la trompette du modèle peuvent symboliser la Renommée (attributs de la muse Clio), soulignant la contribution de l’artiste à la renommée de son pays (carte murale).


Johannes VERMEER – La dentellière (1669-1670)
Huile sur toile transférée sur panneau – 23,9 x 20,5 cm – Musée du Louvre – Paris

Le chef-d'oeuvre de Vermeer se passe de commentaires...


Johannes VERMEER – Une dame écrivant une lettre et sa servante (v. 1671)
Huile sur toile – 72,2 x 59,7 cm – Beit collection – Blessington (Irlande)

Tout Vermeer est dans ce tableau : la sérénité, la concentration et la solitude des personnages ; mais aussi le rideau ouvert sur l’intimité, la fenêtre éclairant la scène, les lourdes étoffes, les meubles qui nous tiennent en retrait et le tableau du fond comme allusion symbolique.


A voir aussi, ailleurs :

- Un bon article consacré à Vermeer, sur le blog "la première porte à droite"

- Le site entièrement consacré à Vermeer : "essentialvermeer.com"

1 commentaire:

  1. Un laser capable de reproduire un chef d'œuvre à l'échelle micrométrique. Pour illustrer la précision micrométrique de leur nouvelle technique, les chercheurs ont reproduit le chef-d’œuvre du grand peintre hollandais Johannes Vermeer, La jeune fille à la perle, en dimension miniature de 200 microns de largeur ou l’équivalent de l’épaisseur de deux cheveux. Les chercheurs ont également employé leur technique pour reproduire l’environnement cellulaire complexe du cerveau.

    Source :
    http://www.unisciences.com/physique/news/laser_artiste_peintre.php?id=356

    RépondreSupprimer

Copyright

Tous droits réservés sur les images dont je suis l'auteur.
Leur utilisation est interdite sans mon accord, sauf indication contraire.
© Thierry Doukhan 2007-2011

Backlinks vers mon blog : ici et