vendredi 1 mai 2009

Histoire de la Fête du travail

Sources : Libération et message de "l'équipe de Ségolène Royal"

1867 : Jean-Baptiste-André Godin instaure la "Fête du travail" dans son familistère, à Guise, bien avant les revendications syndicales américaines.
Mais la signification était différente : il s'agissait ici de célébrer le travail, et non pas de demander sa limitation !
Pour en savoir plus, vous trouverez ici un article de Libération.

1884 : Le congrès des syndicats américains se donne deux ans pour obtenir la journée de 8 heures. Leur action débute le 1er mai.

1er mai 1886 : La pression syndicale permet à 200 000 travailleurs américains d'obtenir la journée de 8 heures. Mais beaucoup de patrons résistent. 340 000 travailleurs sont en grève dans tout le pays.
Le 3 mai, une manifestation fait trois morts chez les grévistes.

20 juillet 1889 : La deuxième Internationale socialiste décide de faire de chaque 1er mai une grande journée de manifestations pour la journée de 8 heures.

1er mai 1890 : Célébration concomitante dans plusieurs pays. En France, les manifestants arborent le « triangle rouge » symbolisant la division de la journée en trois parts égales : travail, sommeil, loisirs.

1er mai 1891 : A Fourmies, cité industrielle textile de 15 000 habitants, en majorité ouvriers. Un appel à la grève est lancé, qui réclame la journée de 8 heures et la hausse des salaires. La manifestation devait être festive et pacifique. Les mots d'ordre sont : « C'est les 8 heures qu'il nous faut » et « C'est nos frères qu'il nous faut ».
Sous l'impulsion des patrons, le maire demande des renforts armés (compagnies d'infanteries). A 18h15, 150 à 200 manifestants font face à 300 soldats équipés du nouveau fusil Lebel. Les cailloux volent, les soldats tirent. 9 morts et au moins 35 blessés. Clémenceau rend hommage au « 4ème Etat qui s'est soulevé » et dénonce l'attitude des forces de l'ordre (même si, en 1906, il mobilisera la troupe contre les manifestations ouvrières...).
Après le drame de Fourmies, le 1er mai s'enracine dans la tradition des luttes ouvrières européennes.

1er mai 1936 : Deux jours avant le deuxième tour des élections législatives qui verront la victoire du Front Populaire.

1947 : Le 1er mai devient jour chômé et payé pour tous les salariés sans conditions.

1948 : Officialisation de la dénomination « Fête du travail ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Copyright

Tous droits réservés sur les images dont je suis l'auteur.
Leur utilisation est interdite sans mon accord, sauf indication contraire.
© Thierry Doukhan 2007-2011

Backlinks vers mon blog : ici et