mercredi 6 janvier 2010

Croissance verte contre croissance sélective

Entre Gauche et Droite, le clivage idéologique s'est longtemps porté sur le terrain économique et social. Depuis, la "Droite réformiste" s'est alignée sur la "Gauche social-démocrate" (et inversement !), ce qui a mis à mal l'intérêt d'une alternance.
Heureusement, un nouveau clivage se dessine, qui fait "bouger les lignes" et "rebat les cartes" : c'est la conception de l'écologie, qui se cristallise autour de la définition de la croissance.
.
Depuis 2007, avec la signature du pacte de Nicolas Hulot et le Grenelle de l’environnement, même la Droite et le Centre se sont emparés du discours écologiste.
Certains, de Gauche comme de Droite, veulent d’une écologie qu'ils appellent «croissance verte». Cette idéologie du progrès fait le pari de la fuite en avant : les avancées technologiques apporteront les solutions de remplacement à la crise énergétique
(raréfaction et danger des énergies fossiles).
On pense notamment à l'énergie nucléaire, qualifiée de "propre" et d'"énergie de l'avenir" par Nicolas Sarkozy.
Réconcilier croissance et écologie est un positionnement assez confortable, car il est optimiste et il permet de ne pas trop bouleverser nos modes de vie consuméristes. Voilà une écologie productiviste qui rassurera l'électorat conservateur...
.
De l’autre côté, les partis écologistes (Verts, Europe écologie) ont un autre discours sur la croissance. Contrairement à la caricature qui dénonce leur penchant pour la décroissance (théorie très minoritaire d’économistes comme Paul Ariès ou Serge Latouche), la plupart des écologistes français parlent plus volontiers de «croissance sélective».
Il s'agit de faire décroitre la production, le transport et l’utilisation des énergies fossiles, en favorisant la croissance d’autres productions (agricultures locales, produits innovants, etc). Les écologistes misent donc sur la réduction des flux de marchandises et de matières premières, pour entrainer d’autres logiques de production et de consommation.
Cette écologie non productiviste remet en cause profondément l’organisation de notre société et nos modes de vie. Ca peut être enthousiasmant ou anxiogène, selon le talent de ses promoteurs.
.
Entre les deux, le Parti Socialiste n'a pas tranché, bien qu'il penche plutôt du même côté que la Droite, c'est à dire du côté de l'écologie productiviste. Mais c'est un autre sujet...
Merci à l'éditorialiste Thomas Legrand et à mon ami Eric "Duflot"

2 commentaires:

  1. Heureusement, les réflexions sur la décroissance avancent aussi. Voir par exemple le dossier qu'avait mis en ligne la revue Mouvement : http://yannickrumpala.wordpress.com/2009/06/23/dossier-decroissance/

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce lien ! Le thème de la (dé)croissance devrait faire l'objet d'autres billets...

    RépondreSupprimer

Copyright

Tous droits réservés sur les images dont je suis l'auteur.
Leur utilisation est interdite sans mon accord, sauf indication contraire.
© Thierry Doukhan 2007-2011

Backlinks vers mon blog : ici et