jeudi 18 février 2010

Affiches de propagande pour un emprunt national

Par Thierry Doukhan
Je découvre la campagne de propagande... heu... de communication, "La France Investit Dans Son Avenir", annonçant le Grand Emprunt National, grâce au blogger Nicolas ("Partageons mon avis").
.
La publicité politique n'a pas beaucoup évolué depuis un siècle : des allégories (la France représentée en Marianne) et de l'émotion facile (les enfants)...
.
La preuve avec une petite sélection d'affiches anciennes, dont beaucoup sont au Musée franco-américain de Blérancourt, en Picardie.
.
Cliquez sur les images pour les agrandir...
..

....
René LELONG - 1920 - Pour faciliter la réparation des dommages causés par la guerre
Paul COLIN - Emprunt de la Défense Nationale - 1939

.
Quelle que soit la crise (1e ou 2e guerre mondiale), Marianne est une allégorie bien esthétique. Ce qui change, c'est le décor : la ruralité cède la place aux industries... Relançons l'économie... et au travail !
.

A. BESNARD - 1917 - Souscrivez pour hater la paix par lavictoire - Musée de Blérancourt
.
Comme dans l'affiche d'aujourd"hui, Marianne est ici associée à la maternité. Mais en 1917, l'arrière-plan était plus anxiogène...
.
....
Georges REDON - 1917 - Pour que nos enfants ne connaissent plus les horreurs de la guerre
Auguste LEROUX - 1917 - 3e emprunt de la défense nationale - Musée de Blérancourt
.
Petite variante : des enfants, mais avec des vrais parents... La priorité à l'émotion sur le patriotisme.
.

Emprunts de guerre - Aidez les gardiens de notre bonheur - Allemagne - 1918
.
Les allemands ont utilé les même ficelles que les français...
De la main droite (celle de l'action), l'homme est armé. De la main gauche (celle du coeur), il protège sa famille. Malgré les apparence, ce n'est pas une famille lambda, mais bien une allégorie de la Famille, où le rôle et la hiérarchie de chacun sont clairement définis.
.
....
Henri LEBASQUE - 1920 - L'emprunt de la paix - Musée de l'armée - Paris
.
(Air connu) Fait dodo, Colas mon p'tit frère... Fais dodo, t'auras du lolo...Papa est en haut, il fait des travaux... Maman est en bas, elle t'a dans les bras...
POULBOT - emprunt national - 1920
Variante de la Marianne maternelle, la fusion en un seul personnage : Marianne enfant !
.
L'utilisation des enfants, à des fins de propagande, n'est pas réservée à un emprunt national...
.
....
J'ai adopté un soldat allemand - années 1930 - Archives de Meurthe-et-Moselle
Theo MATEIJKO - Faites confiance au soldat allemand - 1940 - Archives de Meurthe-et-Moselle

.
Sans commentaire...
.
Enfin, pour remuer la fibre émotive des français, il y a une alternative aux images d'enfants : c'est les images anxiogènes, avec des hommes au combat, des ennemis impitoyables ou des comploteurs sans scrupule... Un petit exemple :
.

Abel FAIVRE - 1918 - Souscrivez au 4e emprunt national
.
Aujourd'hui, l'ennemi à abattre n'est plus la nation allemande (symbolisée par l'aigle impérial), mais la crise mondiale.
.
Rappel historique :
Dès les premières semaines de la guerre, à l’automne 1914, les réserves de munitions et d’approvisionnement des armées belligérantes sont épuisées. Le passage de la guerre de mouvement à la guerre de position s’incarne dans les 800 kilomètres de tranchées qui balafrent le nord et l’est de la France, régions capitales de l’industrie nationale. Rapidement se pose la question de la gestion économique d’une guerre qui s’annonce plus longue que prévu. Les prêts de la Banque de France ou des alliés britanniques, l’augmentation de la monnaie en circulation, ne suffisent pas. L’État lance donc quatre grands emprunts, chaque année, entre 1915 et 1918.

15 commentaires:

  1. Fais moi penser ce soir, je t'envoie du monde...

    RépondreSupprimer
  2. ah ben en fait ils ont un vernis de culture historiques nos pubeux actuels alors ! :)

    RépondreSupprimer
  3. J'aime bien l affiche 'des enfants qui adoptent un soldat"

    C 'est abominable !

    @ +

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas,
    Tous tes amis sont les bienvenus, dans ma misérable demeure...

    Gaël,
    J'espère bien qu'ils sont cultivés ! Par contre ils ne sont pas très créatifs... La seule "innovation", c'est l'ambiance zen-et-sans-colorants, qui est à la mode depuis plusieurs années (déco, cosmétiques, ...).

    Eric,
    Moi je préfère les orphelins de guerre français, dans les bras du soldat allemand !

    RépondreSupprimer
  5. L'opération publicitaire aurait coûté un million d'euros, d'après le Parti Socialiste :
    http://www.parti-socialiste.fr/communiques/un-million-d-euros-pour-faire-la-publicite-du-grand-emprunt-un-triple-scandale-politique

    RépondreSupprimer
  6. Moi, ce que j'aimerai bien savoir, est-ce que c'est la première fois que l'on (l'Etat !) figure une marianne enceinte :-/

    Je trouve ça malsain...

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ai pas trouvé d'autre Marianne enceinte pour l'instant.

    Mais pourquoi est-ce malsain ? Marianne, ce n'est pas la Sainte-Vierge et au contraire, on l'a toujours représentée sensuelle et rustre (le sein à l'air dans le tableau de Delacroix).

    A côté des représentations "historiques", je trouve au contraire cette Marianne bien fade et éthérée, malgré son gros ventre...

    RépondreSupprimer
  8. Sûr qu'avec une telle affiche la natalité va encore progresser en France ! Faire des enfants qui rembourseront nos emprunts est désormais l'impératif national.

    J'espère pour les générations futures que nos gouvernants vont finir par se souvenir des bonnes vieilles recettes d'antant pour rembourser les dettes en monnaie de singe : dévaluation et inflation. En ces temps heureux la "variable d'ajustement" (comme ils disent) n'était pas le travailleur productif comme c'est le cas aujourd'hui, mais.... le rentier, que l'Etat dévalisait à petit feu et bas bruit pendant son sommeil (aujourd'hui il s'enrichit en dormant).
    La contrepartie, très visible sur cette collection d'affiches, c'est que la propagande des emprunts devait ne pas lésiner sur le gueuloir à métaphores. Autre contrepartie, quand on avait trop abusé du couple inflation-dévaluation et que la ficelle commençait à tenir de la corde de pendu, et bien il fallait un emprunt de rattrapage : l'emprunt Giscard fut le summum de l'emprunt qui renfloue pour longtemps les rentiers en ruinant l'Etat et le contribuable.
    Depuis l'emprunt Giscard, la rente est entrée dans un long âge d'or. La protection exclusive de la BCE prolonge aujourd'hui cet âge d'or. Pour Jean-Claude Trichet les citoyens européens se divisent en deux catégories : les rentiers que la BCE protège de ses dogmes, les autres qu'elle voue aux gémonies des variables d'ajustement et des taux usuraires.

    Cela me suggère l'idée d'un détournement pertinent dans le même temps que drôlatique de l'affiche allemande ;
    - sur le visage du soldat allemand coller la tronche de JC Trichet
    - Remplacer le message par "Populations abandonnées, faites confiance à Jean-Claude Trichet"
    - Remplacer les deux enfants par un jeune trader et un vieux rentier (picsou pourrait faire l'affaire)

    Je vous concède que ce n'est pas germanophilement très correct (encore que la BCE ait beaucoup puisé dans le fond dogmatique de la Deutsche Bank). Je suis pourtant très germanophile, avec une seule exception : le domaine monétaire

    RépondreSupprimer
  9. Ce n'est pas la Sainte-Vierge mais ça évoque quand même bien l'immaculée conception !!!

    Un truc aussi que presque personne n'a relevé aussi sur cet emprunt c'est le côté trompe l'oeil du grand emprunt.
    Pour ce qui est de l'Université l'emprunt ne va pas financer des investissements directs mais la "capitalisation" des Universités. Les Universités devront illico replacer le magot sur le marché financier car elles ne doivent pas consommer ce capital mais seulement investir avec ce que le rapportera le placement de ce capital.

    Quand j'ai entendu un ministre expliquer celà je me suis dit je rêve, c'est un pastiche à la Patrice Guillon . Et bien pas du tout c'était bien le plan. Alors je me suis dit que ça allait faire un sacré barouf.... depuis lors rien entendu ni lu sur ce sujet. Mon réseau de veille n'est peut-être pas performant mais je trouve ce truc hallucinant : l'Etat emprunte pour transformer les Universités en rentières ! Fallait le faire, à quand en rombières ??

    RépondreSupprimer
  10. Thyl,
    tu es toujours aussi pertinent et informé...
    Tu maîtrises mieux le sujet que moi, qui en suis resté à "l'écume des choses".
    Il faudra que je m'intéresse davantage au "fond" du problème...

    RépondreSupprimer
  11. Ta mise en perspective de la réclame d'Etat était très pertinente et bien documentée

    RépondreSupprimer
  12. La Marianne de la nouvelle pub semble quand même plus apaisée que les Marianne précédentes ... Une version Bifidus actif en quelque sorte!

    RépondreSupprimer
  13. Romain,
    je suis d'accord ! La nouvelle Marianne s'est bien boboïfiée, quand son ancêtre était plantureuse, terrienne, meneuse d'hommes...
    A présent, l'ambiance est aseptisée et passive.

    RépondreSupprimer
  14. Excellent cet article , et la présentation de ces affiches anciennes,que l'on a en quelque sorte plagiées pour donner du ventre à ce grand emprunt . . Cette affiche de l'emprunt à venir me fait penser aussi aux affiches pétainistes célébrant la mère au foyer ,les vertus terriennes ,la famille, etc . . Il y a là me semble-t-il, dans le temps , une certaine filiation en tout cas inspiration . .
    http://crayondenuit.canalblog.com

    RépondreSupprimer
  15. Fred,
    Merci... Et d'accord avec toi sur les références pétainistes.
    D'ailleurs j'ai sous le coude des belles affiches de cette époque, célébrant la première "fête des mères" (en 1941) !

    RépondreSupprimer

Copyright

Tous droits réservés sur les images dont je suis l'auteur.
Leur utilisation est interdite sans mon accord, sauf indication contraire.
© Thierry Doukhan 2007-2011

Backlinks vers mon blog : ici et