lundi 15 février 2010

Regarder la musique classique

Publié par Thierry Doukhan
La musique dite "classique" est rarement jugée à sa juste valeur... Elle est tronçonnée par les pubs (qui n'en diffusent que des extraits) ou dénaturée par les sonneries de téléphone portables (qui en oublient les subtilités sonores).
Non, une musique "classique" n'est pas un simple refrain, chanté à l'unisson par un groupe de violonistes déguisés en pingouins !
.
Heureusement j'ai trouvé quelques vidéos, pour celles et ceux qui n'ont pas l'oreille exercée à toutes les subtilités de cette "musique savante".
Il s'agit de chronogrammes (c'est-à-dire des graphiques synchronisés)...
Chaque couleur représente une partition (un instrument, un groupe d'instruments, ...).
Et la hauteur de chaque courbe représente la hauteur de la note.
.
J'ai fait visionner ces vidéos à mes élèves (je précise : adolescents, garçons, dans des filières industrielles)... Ce fut un franc succès !
Je leur ai demandé de se concentrer sur une piste (couleur) à la fois, pour déterminer de quel type d'instrument il pouvait s'agir (cordes, vents, ...). Et puis ils ont eu à interpréter une de ces courbes, à travers une activité liée au programme de mathématiques.
.
Les vidéos sont rangées dans l'ordre : les chronogrammes les plus simples au début, puis les plus complexes (musiques symphoniques).
Certes, les interprétations sont un peu froides... mais l'intérêt est ailleurs : montrer aux moqueurs la complexité et la modernité de cette musique, grâce à une présentation "technologique" !
.
Seulement deux pistes ici (une pour chaque main ?), afin de se familiariser avec le principe de cette représentation graphique.
.
Ca se complique avec (je crois) une piste pour chacune des quatre cordes de guitare...
.
La fugue est un genre sublime... On voit ici les quatre "voix" s'entre-mêler et on reconnait visuellement le "motif" du thème principal. On voit aussi la différence avec le Canon : seul le court motif du thème principal est commun aux quatre voix...
.
Tadaaaa !!! Et voilà de quoi en mettre plein la vue ! Un morceau sublime et accessible, qui a aussi l'intérêt d'alterner les passages complexes et ceux qui mettent en valeurs une partition particulière.
On y voit le rythme des notes (comme des "touches" de couleurs) mais aussi leurs montées et descentes (comme des "lignes de construction"). Ca ressemble à une peinture impressionniste et abstraite, en mouvement !
.

En guise de bonus ou de synthèse... Parfois simple et lisible comme un solo, parfois aussi complexe qu'une musique symphonique. Mais le public le moins réceptif risque d'être rebuté par une musique un peu hermétique (mélodie souvent confuse...).
.

Autre bonus : un type de graphique, qui n'est plus vraiment un chronogramme...
.
En voir d'autres : ici (chaîne de Smalin)

4 commentaires:

  1. Comment visualiser sa pensée à l'écoute ? C'est une grande idée que de nous faire bénéficier de l'écho visuel, et partant représentatif, d'une suite musicale, dans une approche plus mathématique mais finalement non moins onirique que celle du premier Fantasia de Walt Disney. L'orgue de barbarie et son système préinformatique à trous, et a fortiori les fiches informatiques, ancêtres des logiciels, sont les phénomènes symptomatiques d'un usage qui est, lui, bien en amont, et qui atteint l'unité en fondant sans confondre ses parties constitutives. Voilà qui devrait paradoxalement nous dissuader de notre sacro-saint séparatisme occidental qui dissèque quasiment avant que de recevoir. L'exercice de concentration sélective que vous demandez à vos étudiants est le lieu, non topographique, où sentir, le long du fil distingué, tout ce qui se trame autour de lui et dont il est, dans l'usage instrumental, indissociable. C'est un ADN que vous nous montrez. Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Après ce commentaire je n'ose plus écrire !
    Je montrerai les vidéos à mes filles qui ont du mal à entendre certains instruments...
    merci Thierry de reprendre tes billets.
    Et désolée pour l'origami...mais tes enfants ont choisi des modèles compliqués...nous nous sommes contentées de 2 étoiles.

    RépondreSupprimer
  3. Savina,
    merci pour votre commentaire (même si je ne suis pas sûr d'en saisir toutes les subtilités).
    Je crois que la musique "classique" véhicule une émotion très abstraite (à la différence de la peinture figurative). Ce type d'affichage a le mérite de "concrétiser" des émotions musicales, grâce à un vecteur (l'image) qui nous est familier. Pourtant cela reste une représentation mathématique et non-figurative.
    C'est très fort... Je ne sais pas si le concepteur du logiciel utilisé avait pensé à tout ça !

    Evelyne,
    tu sais que dernièrement, je me suis davantage concentré sur mon blog politique (où je suis volontiers râleur et ironique)... Je reviens ici quand je suis d'humeur plus positive !
    Ne sois pas désolée pour l'origami : je me suis bien amusé à "galérer" avec mes enfants... Ca a été un travail d'équipe qui a finalement abouti : ils ont gagné un cadeau de papier et moi j'ai confirmé mon statut de "père héroïque" !

    RépondreSupprimer
  4. Fantastique! Cela permet vraiment de se concentrer et d'exercer l'oreille.

    RépondreSupprimer

Copyright

Tous droits réservés sur les images dont je suis l'auteur.
Leur utilisation est interdite sans mon accord, sauf indication contraire.
© Thierry Doukhan 2007-2011

Backlinks vers mon blog : ici et