mercredi 28 avril 2010

Ecolo ET bordélique !

"On m'a raconté que vot' femme était écologiste ? ...
C'est bizarre, pour des écolos, d'avoir un jardin [en bordel] comme ça !"
.
Celui qui parle, avec un sourire en coin, c'est le gars que j'ai employé pour me débarasser des "déchets ultimes" qui encombrent mon jardin : vieux pots, jouets cassés, etc...
.
Alors une petite mise au point a été nécessaire.
.
Pour commencer, j'ai précisé que ma femme n'est pas militante "écologiste", mais socialiste (bon, passe encore...).
.
Ensuite, même si mon jardin n'est pas très coquet, il ne pollue pas la planète !
D'ailleurs, j'ai rappelé à ce donneur-de-leçons quelques détails :
- quand il m'avait proposé de brûler les déchets en plastique, au beau milieu du jardin, pour faire comme "tout l'monde"... j'avais refusé.
- quand il m'avait proposé d'enfouir mes déchets dans une fosse de mon jardin (les fondations d'un ancien cabanon), même si "c'est pas trop permis"... j'avais refusé.
- quand il m'avait proposé d'éliminer mes ronces et mes orties à coup de désherbant chimique... j'avais refusé.
Et je lui ai confirmé qu'il devra faire des voyages à la déchetterie et du désherbage à la binette. Non mais !
.
Voilà donc comment certains imaginent l'écologie : un jardin propret, taillé au cordeau, avec des fleurs partout.
Dans le meilleur des cas, il y a confusion entre "écologie" et "environnementalisme".
Dans le pire des cas, c'est un total contresens, quand on pense à tous ces "jolis" jardins, entretenus avec des désherbants chimiques et sans tenir compte des possibiltés de recyclage de certains déchets.

5 commentaires:

  1. Tu as raison... Ne pas aimer jardiner, est un acte de militantisme écologique : c'est respecter l'écosystème ;)

    RépondreSupprimer
  2. Les vrais jardiniers savent qu'il n'y a pas de "mauvaises herbes" et que le mot d'ordre général "faire propre" nous conduit au suicide collectif, comme le mettent en évidence les statistiques de maladies neurologiques chez les agriculteurs (parkinson, alzeimer..etc)...Dans ma commune les ouvriers municipaux continuent d'employer les défoliants par routine alors que dans quelques grandes villes les jardiniers laissent pousser les herbes folles sur les trotoirs..
    Et puis conseiller aux "éradicateurs" une visite au jardin des simples de Vauclair (l'abbaye) et ces mots de René Char que citait le Père Courtois (créateur de ce jardin) dans une conférence en Thiérache :
    "Jadis l'herbe connaissait mille secrets qui ne se divisaient pas.
    Elle était la providence des visages baignés de larmes.
    Elle incantait les animaux et donnait asile à l'erreur.
    Jadis l'herbe était bonne aux fous et hostile au bourreau"
    René Char

    RépondreSupprimer
  3. Dadavidov,
    Le pire, c'est que j'aime jardiner ! Mais ça n'empêche pas le bordel à côté des massifs fleuris...

    Ane-Vert,
    Je veux bien croire qu'il n'y a pas de "mauvaise herbe". Mais il faut avouer que certaines, très envahissantes, en menacent d'autres, qui ont aussi un intérêt ! Alors je fais le tri (par exemple, les orties, c'est niet).
    Comme chantait Mylène Farmer (:D) : "La mauvaise herbe nuit, Car elle ne meurt jamais".

    RépondreSupprimer
  4. Je confirme : chez les écolos c'est le bordel. De temps en temps celà m'ennuie... mais au final j'en suis heureux...
    Eric Duflot

    RépondreSupprimer
  5. Eric,
    Si on mesure l'écologitude au degré de bordel dans la maison, alors je suis plus écolo que toi, l'ascète de la déco !
    Ou alors tu pensais au "bordel" au sein des partis politiques ? Dans ce cas, c'est un bordel dont les Verts n'ont plus l'exclusivité !

    RépondreSupprimer

Copyright

Tous droits réservés sur les images dont je suis l'auteur.
Leur utilisation est interdite sans mon accord, sauf indication contraire.
© Thierry Doukhan 2007-2011

Backlinks vers mon blog : ici et