mardi 19 octobre 2010

Les grèves et les heures supp'

Ce blog ne fait sa rentrée qu’aujourd’hui… C’est la faute au boulot : 4 heures supplémentaires par semaine (+ autant en préparation des cours) qui me sont imposées. "Imposées", car il est délicat de refuser : ça remettrait en cause un paquet d’emplois du temps, la veille de la rentrée des élèves.
Je n’ai pas voulu de ces heures supp’, ni du fric et de la fatigue qui vont avec. Alors toutes les occasions sont bonnes pour recharger les batteries chez moi, à commencer par les journées de grèves. Oui, je finance mes journées de grève par mes heures supplémentaires !

Mais pourquoi tant d’heures supp’ dans l’Education Nationale, au lieu de créer (ou de maintenir) des postes d’enseignants ?
D’abord parce que les heures supp', ça coûte moins cher. Nous autres privilégiés, avons le privilège d’être moins payés pour des heures supp’ que pour des heures "normales" !
Ensuite parce que les heures supp', ça ne va pas durer : déjà, le baccalauréat professionnel "en 3 ans" a permis d’économiser un an de scolarité ; Quant aux classes de BEP, elles peuvent êtres fermées car ce diplôme sera "validé" au cours du cycle "Bac Pro 3 ans" (en classe de 1ère).

Avec un peu de chance, bientôt, quand le "mammouth" sera bien "dégraissé", il n’y aura plus d’heures supplémentaires à se partager (ouf !).
Par contre, avec mon salaire "minimal", je n’aurai peut-être plus les moyens de faire grève…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Copyright

Tous droits réservés sur les images dont je suis l'auteur.
Leur utilisation est interdite sans mon accord, sauf indication contraire.
© Thierry Doukhan 2007-2011

Backlinks vers mon blog : ici et