mardi 19 juillet 2011

Ce que je n'écrirai pas sur mon blog

« amis blogueurs, vos interdits, vos réticences, vos sujets casse-gueules, quels sont-ils ? »
Nicolas m'invite à participer à cette chaîne lancée par Marco, inspiré par un billet de Juan

Je m'interdis de rendre publiques des confidences, des rumeurs ou même certains évènement avérés, qui saliraient la réputation d'une personne physique ou morale.
J'ai un mépris silencieux pour les Don Juan et les barbouzes du milieu politique local. D'abord parce que je ne me prends pas pour un justicier ; ensuite parce que je n'ai pas envie d'être accusé de diffamation.
Je suis aussi un fonctionnaire (enseignant) et mon devoir de réserve m'empêche de révéler certaines informations internes gênantes... sauf si le public en a déjà eu connaissance.

Je m'interdis aussi de faire des billets de deux lignes ; si je n'ai presque rien à dire, je le dis sur Twitter ou Facebook. Ou alors, j'approfondis cette petite idée pour en faire un vrai billet.

Comme le Coucou, je m'interdis les moqueries sur le physique ou sur le nom de famille, car c'est des parts d'identité dont on n'est pas responsable.

Et surtout... Je m'interdis de faire des billets sur des sujets qui ne m'intéressent pas. Bloguer c'est déjà chronophage, si en plus ça doit être un travail... !

Mais contrairement à d'autres, je ne m'interdis pas de parler de ma vie personnelle, si elle fait écho à un phénomène de société plus large (par exemple : le divorce).

Je ne sais pas quelles sont mes réticences.
Je m'exprime jusqu'au bout si j'ai les idées claires sur un sujet ; sinon, plutôt que de faire des billets en marchant sur des oeufs... je me tais.

Mes sujets casse-gueules, ceux qui me font taire, sont nombreux.

Par exemple, je n'y comprends rien en économie et en sport ; la Bourse ou la dette, c'est trop compliqué pour moi ; pourquoi il y a mélée ou hors-jeu, c'est pareil.
C'est pourquoi je laisse à d'autres, le soin de nous éclairer sur les grands sujets qui nous dépassent, comme par exemple l'équipe japonaise de football féminin ou les stress-tests des banques européennes.

Par contre, je pourrai faire des billets sur des polémiques insolubles. Surtout pas pour m'exprimer pour ou contre ; mais pour apporter une nuance, sur un sujet précis qui aurait été caricaturé.

2 commentaires:

  1. Pour les personnalités politiques locales : pareil. J'évite d'en parler par peur de poursuites... Elles ignorent que les blogs en audience et une influence dérisoires et ont l'action en justice un peu facile.

    RépondreSupprimer
  2. Nicolas, je n'ai jamais pris de risques... mais parfois, ça démange de dénoncer certaines pratiques (je ne dis pas lesquelles, pour ne pas faire mon Luc Ferry).

    RépondreSupprimer

Copyright

Tous droits réservés sur les images dont je suis l'auteur.
Leur utilisation est interdite sans mon accord, sauf indication contraire.
© Thierry Doukhan 2007-2011

Backlinks vers mon blog : ici et