mercredi 7 décembre 2011

Les religieux et les alsaciens : malades graves ?

A l'hôpital d'Amiens-nord, j'ai vu affichés les différents menus de la semaine.

Il y avait :
- le régime sans sel, pour les patients souffrant d'insuffisance cardiaque ou d'hypertension ;
- le régime sans fibres, pour les patients atteints de maladie de Crohn ou de rectocolite hémorragique ;
- le régime sans matières grasses, pour les patients souffrant d'hypercholestérolémie ou de maladies cardio-vasculaires ;
- et le régime sans porc, pour les patients souffrant d'hyperjudaïte ou d'hyperislamite (deux pathologies assez proches).

Et pour tous, il y avait du poisson le vendredi, donc un régime sans viande rouge... car le vendredi, on pratique la prévention du cancer colorectal, du diabète et de l'hypochrétienté (un problème de foie, qui a du Mal à synthétiser la chrétienté).

Un peu plus tard, j'ai l'occasion lire une notice de prescription médicale de transport.

Il y est mentionné que "les frais de transport [du domicile à l'hôpital] peuvent être pris en charge à 100%" dans les cas suivants (liste non exhaustive) :
- affection longue durée (ALD)
- polypathologie invalidante
- grossesse de plus de six mois
- nouveau-né de moins de 30 jours
- personnes "relevant du régime particulier d'Alsace-Moselle", qui souffrent tous d'une maladie terrible, découverte en 1919 : l'alsamosellose.

A l'évidence, certaines croyances ou situations géographiques, sont gérées comme des maladies ou d'importantes fragilités sanitaires.
C'est grave, docteur ?
Je veux dire... c'est si grave que ça, d'être religieux ou alsacien-mosellan ?

2 commentaires:

  1. Il serait temps que nos élus, tous bords confondus, osent s'attaquer à ce régime d'exception anachronique. L'Alasace-Moselle, c'est le caillou dans la chaussure de la Laïcité.

    RépondreSupprimer
  2. Oui Gwendal !

    - Pour les juifs et musulmans "pratiquants", il n'est pas nécessaire d'officialiser l'existence d'un menu sans porc : car chaque patient a déjà la possibilité de signaler les aliments qu'il "n'aime pas", au diététicien de l'hôpital.

    Quant à l'Alsace-Moselle, je ne comprends pas : je croyais que la république était "une et indivisible" ! Si leur statut est si bien que ça, généralisons-le à l'ensemble du territoire français !

    RépondreSupprimer

Copyright

Tous droits réservés sur les images dont je suis l'auteur.
Leur utilisation est interdite sans mon accord, sauf indication contraire.
© Thierry Doukhan 2007-2011

Backlinks vers mon blog : ici et